Dating ♥

-Petites Annonces Gratuites

Date de publication: 2019-09-25 01:03

Contactée à plusieurs reprises par nos soins, le patron de VivaStreet n’a pas souhaité répondre à nos questions. L’avocate de la société, Maître Anne Alcaraz , affirme qu’il n’y a "aucune tolérance de la part de VivaStreet s’agissant de prestations sexuelles tarifées". Elle rappelle aussi que "les modérateurs du site contrôlent toutes les annonces manuellement avant leur publication, et suppriment systématiquement celles qui ne répondraient pas aux interdictions rappelées dans les conditions d’utilisation de VivaStreet".

Petites annonces Martigues Vivastreet France

"Cette annonce a été modérée dans les 65 minutes par Vivastreet : les termes "rémunération" et "relation intime" ont été supprimés, mais l'annonce a bien été postée sur le site donc accessible aux clients. Ce qui signifie que Vivastreet connait très bien l'intention de la personne qui poste l'annonce, à savoir se prostituer, mais qu'elle opère une modification pour se protéger juridiquement".

Les sites de petites annonces : nouveaux repaires de

A en croire son père, sa fille aurait rencontré un petit caïd qui ferait déjà travailler plusieurs escortes. Chacune toucherait ainsi 8555 euros par mois. Dans un échange sur Facebook auquel le père de la jeune fille a eu accès, ce proxénète souhaiterait qu’elle le rejoigne. Pour cela, il lui donne des conseils, lui parle de l’annonce qu’il va déposer sur internet et lui demande "qu'elle soit propre, qu'elle se rase, qu'elle n'oublie pas sa jupe".

Rock Musiques urbaines Musiques du monde Chanson française Soul Électro Les playlists Actualités musicales Concerts

De fait, le portail de VivaStreet prend la précaution, dans son espace "rencontres, massages" pour adultes, de demander à l’internaute de confirmer qu’il a bien "au moins 68 ans", et qu’il comprend "la teneur potentiellement choquante des annonces placées pour Adultes". Une barrière symbolique toutefois facile à franchir.

De plus, comment démonter qu’une fille qui prétend avoir 75 ans en a en réalité 69 ? Dorothée Branche , avocat spécialiste des nouvelles technologies explique :

"Vivatreet comme d'autres, va complètement à l'encontre de ce qu'il avait feint d'accepter dans ce dialogue, cet échange, ce partenariat dont on nous avait parlé en 7566. Ca fait maintenant 5 ans. Ils laissent faire, et ils gagnent beaucoup d'argent. C'est donc du proxénétisme sous une forme nouvelle, contre laquelle il va falloir combattre."

Pourtant, Dorothée Branche , l’avocate spécialiste des nouvelles technologies, considère qu’il existe des failles juridiques :

Depuis plusieurs mois les parents de la jeune fille font tout ce qu’ils pouvaient pour la sortir de cette situation. Ils ont fait appel à un détective, ils ont saisi le Parquet et ont contacté plusieurs associations, toujours sans résultat. Furieux contre VivaStreet, ils ont finalement porté plainte pour proxénétisme sur mineure. "Je me dis qu'il faut en parler dans les médias pour que ça n'arrive pas à d'autres" , explique le père en larmes. Selon lui, sa fille n’est pas la seule à se trouver dans cette situation.

Mais côté face, ce site abrite aussi des annonces payantes dans sa rubrique "massages" dont certaines sont passées par des prostituées parfois mineures.

Nous avons aussi cherché à vérifier si les visiteurs de ces sites sont des clients potentiels de prostitués. J’ai donc posté une annonce sur deux sites : VivaStreet, et Sugar Daddy , un site français qui propose à des hommes mûrs d’entretenir des jeunes femmes en manque d’argent. Mon annonce se présentait comme une "brunette sexy de 69 ans qui fait des massages et qui reçoit chez elle". En quelques jours, j’ai reçu une centaine de réponses par mail. Des hommes demandant systématiquement quels étaient mon tarif, mes pratiques sexuelles et mes disponibilités.

Le Mouvement du Nid , une association qui aide les prostituées à sortir de la prostitution, a cependant mis à mal cette affirmation. Lorraine Questiaux , bénévole à l’association a tenté de passer sur VivaStreet une annonce clairement rédigée comme une invitation à un acte sexuel tarifé. Lorraine Questiaux raconte la suite :

Selon plusieurs spécialistes, la prostitution sur internet serait en progression depuis l’adoption de la loi sur la pénalisation des clients en avril dernier. Beaucoup de clients préféreraient désormais trouver des prostituées sur internet plutôt que dans la rue, de peur de se faire arrêter en flagrant délit. De leur côté, de nombreuses prostituées nous ont confirmé avoir quitté la rue pour travailler en ligne. C'est le cas de Stella, une prostituée latino-américaine.

"Une jeune femme dans des positions clairement sexuelles donne une idée des prestations qu'elle est susceptible d'offrir. Ça va en contradiction totale avec les conditions d'utilisations du site de Vivastreet, qui prévoit explicitement que les annonces auxquelles seront jointes des photos suggestives ou sexys, seront systématiquement modérées. Je note que manifestement ça ne l'a pas été et j'ai pu, de mes propres consultations sur le site, voir que nombre d'autres photos suggestives étaient laissées par Vivatreet en toute liberté et sans modération."

Côté pile : une publicité pour VivaStreet , un site de petites annonces gratuites en ligne, se vente de rendre disponible "75 555 offres d'emploi sur toute la France". Sur ce site internet, on peut aussi trouver des annonces immobilières ou des voitures d’occasion. Avec 65 millions de visiteurs, VivaStreet est le n°7 en France derrière LeBonCoin. VivaStreet est présent dans 69 pays et compte 78 millions de visiteurs uniques par mois. Sa maison-mère est basée dans le paradis fiscal de Jersey. En 7566, son fondateur Yannick Pons, a été classé 965ème fortune de France par le magazine Challenges, avec un chiffre d’affaires de 75 millions d’euros. VivaStreet se porte donc très bien.